Et ta mere aussi uploaded - expo39.ru

Tasmanie Voyage Commentaires

Une caresse salée et tiède vint adoucir ses brûlures quand il plongea dans la bane turquoise. Puis, il sallongea à même le sable chaud et promena son regard sur le paysage, dont il ne se lassait pas. Il se rendait à la plage en déchiffrant péniblement une lettre quil relut deux fois. Alphée dormait encore. Lorsque lhélianthe fut complètement à louest, il se leva. Il traversa les dunes couleur ocre sur leur versant ombré et safran sur lautre. Derrière lui, le bassin naturel avait pris une teinte émeraude et commençait à disparaître sous lafflux de la marée montante. Son haleine chaude et mentholée, lexhalaison de sa peau se mêlèrent aux senteurs de la terre brune, des pins et des embruns, en un bouquet aphrodisiaque. Alphée et Benjamin sétaient rencontrés, il y a peu de temps, lors dun cocktail à Arcachon.

Dans une cave étaient entreposés un salon de jardin et du matériel de loisir. La seule fermeture solide était les contrevents que Benjamin ferma derrière lui et Alphée pour la nuit. Devant lui, un océan de verdure, formé par la cime des pins, sétalait sur le bleu foncé du ciel. Le sel commençait à gratter sa peau quand il prit une bonne douche arrivé chez lui, avant de passer une nuit réparatrice.

Sous ses yeux, dans une eau translucide, de minuscules algues flottaient ; un petit poisson argenté filiforme frétillait. Absorbé ainsi par sa contemplation, il se fondait dans ce microcosme naturel. Il tendit son bras et saisit une poignée de sable sec : «Quelle chance, je suis lêtre le plus heureux du monde!».