Difficultes des banques francaises - expo39.ru

Pourquoi les banques françaises sont dans une situation

Malgré les discours rassurants du gouvernement, du patronat, d'une partie des économistes et des banques elles-mêmes, qui insistent sur la solidité des établissements français et sur le fait que leur capital est suffisant pour assumer des pertes éventuelles, l'inquiétude demeure. En 2008, après la crise dite des subprimes, il en avait déjà été question. Les banques ayant «fauté» en misant sur des placements risqués, certains estimaient qu'il fallait que l'État prenne possession au moins partielle des banques afin de rassurer les marchés et de garantir les dépôts de millions d'épargnants. La directrice du FMI, Christine Lagarde, n'a-t-elle pas affirmé à la fin du mois d'août que les banques européennes avaient un «besoin urgent de recapitalisation»? En pleine pré-campagne présidentielle, gageons que le débat n'est pas clos. Bruno renoul Nationalisé en 1982, après l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand, rendu au privé à partir de 1986 et la victoire du RPR aux législatives, le secteur bancaire peut-il de nouveau passer sous contrôle public? Cette fois, ce sont les prêts consentis par les banques françaises aux pays aujourd'hui en difficulté de la zone euro (Grèce, Portugal, Espagne, Irlande, Italie) qui les fragilisent : la crainte qu'un défaut de paiement de ces pays entraîne la faillite des grandes banques françaises agite les acteurs des marchés financiers.

Même si pour l'instant, ni le PS ni l'UMP ne soutiennent l'idée d'une nationalisation. W. Nord Éclair. Avec les difficultés des banques françaises, qui ont connu cette semaine d'importantes difficultés boursières liées au possible défaut de paiement d'États de la zone euro, la question de leur nationalisation revient sur le tapis.