Les affranchis jardiniers - expo39.ru

Les affranchis jardiniers - Association pour la Décroissance Conviviale

Vivant de peu, logeant dans une roulotte, ils composent avec le dénuement et se forgent une conception de la vie. Après quelques années, ils finissent par se sédentariser au coeur du marais briéron, où la coupe du roseau devient le gagne-pain. Ces 40 ans de quête d'une vie authentique, en quasi-autarcie, c'est Annick qui nous les conte, en distillant au fil des pages nombre d'anecdotes et quelques grandes leçons à méditer, avec en toile de fond l'amour qui l'unit à son jardinier repenti, et celui qu'ils portent à leurs petits-enfants. Les photos, superbes, s'entremêlent au récit, contribuant au plaisir que l'on prend à découvrir cette belle histoire. L'esthétique et l'harmonie qui se dégagent de leur jardin, la simplicité de leur vie pourtant si pleine de richesses, cette capacité à faire avec peu. Toujours avec le souci de préserver l'environnement et d'embellir leur cadre de vie! À l'heure où le mot de «décroissance» est sur toutes les lèvres, Annick Bertrand et Yves Gillen, nous livrent ici le témoignage de plus de trente années passées en quête d'autarcie, avec les contraintes mais surtout la liberté que ce mode de vie procure.

Voici un ouvrage captivant, à la croisée de nombreux chemins : nature, philosophie de l'existence, jardin, conscience de l'environnement comme un tout. Une véritable leçon de vie délivrée en toute simplicité. Âgés d'une vingtaine d'années en 1970, Annick et Yves entament à l'époque une existence en marge de la société. Désireux de vivre en harmonie avec la nature, ils apprennent à se nourrir du potager, à préserver l'environnement, à utiliser les énergies renouvelables. Faisant de la récup' un mode de vie, du jardinage naturel un credo, ils transforment avec respect et énergie ce petit bout de Terre pour en faire ce qui deviendra "Les Jardins du Marais". On sort de cette lecture avec un désir de liberté, qui passe incontestablement par une remise en cause de notre modèle de société consumériste. En 1970, on les prenait pour des marginaux. Aujourd'hui ils sont considérés comme des précurseurs. Eux, pourtant, n'ont pas changé! Quand Annick Bertrand et Yves Gillen se sont installés dans ce qui deviendra «Les Jardins du Marais au nord de Saint-Nazaire, leur but était de dépendre le moins possible de la société de consommation, de s'en affranchir, tout comme s'affranchissent.